M. David Lametti, secrétaire parlementaire du ministre de lSDE

27 mars 2017
M. David Lametti, secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique

Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole aujourd'hui en faveur de la motion M-100, qui a été présentée par ma collègue la députée de Brossard—Saint-Lambert. Je tiens à féliciter mon amie pour le travail difficile qu'elle a fait en lien avec cette motion. J'aimerais aussi souligner qu'il y a un grand nombre de coopératives dans ma circonscription, LaSalle—Émard—Verdun.

    Je tiens aussi à prendre quelques instants pour rendre hommage au travail fait précédemment par notre défunt collègue l'honorable Mauril Bélanger. Il a travaillé sans relâche pour le secteur canadien des coopératives, afin d'établir le caucus multipartite sur les coopératives. Il espérait que la sensibilisation de tous les partis se traduise un jour par un soutien total aux coopératives canadiennes de tout le pays. Cette motion vise à faire reconnaître l'influence considérable qu'exerce le secteur canadien des coopératives et à prendre des mesures pour que celui-ci continue de prospérer.

    Je voudrais aujourd'hui aborder non seulement la réussite des coopératives du pays, mais aussi souligner la façon dont ce modèle d'affaires peut nous aider à nous attaquer à certaines priorités importantes du gouvernement.

    Au Canada, on compte près de 9 000 coopératives et mutuelles en activité. Elles oeuvrent dans toutes les provinces et tous les territoires, en milieux urbains et ruraux, et dans tous les secteurs de l'économie canadienne. Ces organisations novatrices et souples créent de l'emploi pour quelque 190 000 Canadiens.

    Les coopératives peuvent être divisées en deux groupes. Un premier groupe est constitué de coopératives financières. Ce sont notamment les coopératives de dépôt et les caisses populaires, et les mutuelles qui offrent des services d'assurance-vie, d'assurance dommages et d'assurance risques divers. Il existe plus de 650 coopératives de cette nature qui servent plus de 11 millions de Canadiens. Puis un second groupe est constitué de coopératives non financières, dont le nombre est estimé à 8 000. Ces organisations oeuvrent dans tous les secteurs, de l'agriculture au commerce de détail en passant par les soins de santé et les services sociaux, ou encore des services professionnels et du secteur de la fabrication aux services haute vitesse à large bande et au secteur de l'énergie propre.

    Le modèle des coopératives affiche aussi un bilan solide au chapitre des avantages sociaux, économiques et environnementaux procurés aux Canadiens, ce qui montre que ce modèle d'affaires, axé sur l'entrepreneuriat collectif, peut être mis au service de tous. Il s'agit d'un modèle d'affaires inclusif qui permet aux citoyens de toutes les collectivités du pays de s'entraider en vue de répondre à des besoins économiques, sociaux, environnementaux ou culturels communs. Ces coopératives sont, par nature, l'exemple même d'une démocratie qui fonctionne. En outre, comme vous le dirait toute personne qui travaille dans le secteur des coopératives, ces organismes font preuve d'une résilience remarquable et montrent souvent une capacité à prospérer même lorsque le climat économique n'est pas favorable.

    De plus, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique a dirigé l'élaboration du Plan pour l'innovation et les compétences du Canada. Nous considérons les coopératives du Canada comme des acteurs importants dans la mise en oeuvre de ce plan. Ce plan vise une croissance durable.

    Le Canada rivalise avec les meilleurs pays dans une course au développement des talents, des technologies et des entreprises. À la base, le Plan pour l'innovation et les compétences du Canada vise à faire en sorte que tous les Canadiens aient la possibilité de profiter de la croissance de l'économie.

    Qu'il s'agisse de définir des façons pour les Canadiens d'acquérir les compétences et l'expérience requises dans l'économie mondiale, de tirer parti du potentiel des technologies émergentes ou d'encourager un plus grand nombre de Canadiens à lancer et à développer des entreprises, il existe bon nombre de nouvelles occasions pour les Canadiens, les collectivités, le secteur des coopératives et le gouvernement d'exploiter le potentiel du modèle des coopératives.

    Les coopératives ont des liens évidents avec les grandes priorités du gouvernement, notamment les technologies propres, l'entreprenariat des femmes et des jeunes, ainsi que le développement économique des Autochtones. En outre, le modèle en tant que tel permet de tirer des enseignements importants quant à la manière d'innover dans l'économie d'aujourd'hui. En fait, d'après une étude de 2014, les coopératives du Canada font montre d'un niveau d'innovation lié aux produits, aux processus, à l'organisation et au marketing qui est supérieur à celui des petites et moyennes entreprises traditionnelles.

    Comme toutes les petites et moyennes entreprises, les coopératives sont essentielles à la création d'emplois au Canada. Étant donné que les coopératives oeuvrent dans plusieurs domaines centraux du Plan pour l'innovation, il est possible d'établir des mesures pour accélérer le développement économique des coopératives et la création d'emplois dans des secteurs clés, comme l'entreprenariat social, le passage à une économie propre et pauvre en carbone, le développement économique des Autochtones, le soutien aux femmes entrepreneures et l'entreprenariat des jeunes.

    Grâce à leurs réalisations et à leurs parcours dans le domaine de l'innovation, tant à l'échelle de la collectivité qu'à l'échelle internationale, les coopératives sont bien placées pour jouer un rôle de premier plan dans l'avenir de l'innovation au Canada. Le modèle des coopératives a aussi la capacité d'être un levier important pour promouvoir le développement économique des Autochtones. Cela s'explique par l'importance accordée par les Autochtones à la participation à la communauté, à la prise de décisions consensuelles et à une résolution holistique des difficultés communautaires.

    Il existe près de 120 coopératives autochtones en activité au Canada, dont un large réseau de distribution de commerce de détail dans le Nord, qui s'est développé en plusieurs secteurs d'activité. En raison de leur capacité à combiner des objectifs sociaux et économiques, les coopératives sont activement engagées dans l'élaboration de la stratégie d'innovation sociale et de finance sociale dirigée par Emploi et Développement social Canada.

    Les consultations à propos de l'élaboration de la Stratégie nationale sur le logement du Canada ont aussi révélé l'importance du modèle des coopératives d'habitation pour ce qui est d'améliorer l'accès à des logements abordables. Dans le budget de 2017, le gouvernement a annoncé des détails additionnels sur la stratégie nationale inclusive sur le logement qui constituera une feuille de route pour les administrations publiques et les fournisseurs de logements de partout au pays alors qu'ils décideront de la meilleure façon de soutenir le renouvellement du logement dans leurs communautés.

    J'aimerais maintenant parler de quelques-unes des mesures de soutien offertes par le gouvernement qui aident les coopératives à prospérer et à procurer aux Canadiens d'importants avantages économiques.

    L'objectif des programmes du gouvernement est de faire en sorte que les coopératives jouissent d'un accès équitable au soutien aux entreprises et qu'elles soient en mesure d'apporter leur contribution pour répondre aux besoins des entreprises et des collectivités.

    Les organismes de développement régional offrent du soutien financier aux coopératives par l'entremise de divers programmes et services destinés au démarrage, à la croissance et à l'expansion des entreprises. Plus de 51 millions de dollars ont été versés à ce titre au cours des 10 dernières années.

    En conclusion, j'aimerais remercier ma collègue d'avoir présenté cette motion et ainsi contribué à souligner le rôle important des coopératives dans l'économie du Canada. Le gouvernement soutient vivement la motion M-100, et nous sommes impatients de collaborer avec les députés pour examiner les façons dont ce modèle d'affaires novateur peut répondre aux priorités des Canadiens.