4 février 2016
Les coopératives misent sur la diversité

Les coopérateurs de la Saskatchewan se sont rassemblés pour discuter du nouveau visage démographique de la province et des répercussions que pourrait avoir ce changement. Il est ressorti de ces échanges que les coopératives saskatchewanaises devaient comprendre qui seront leurs membres et leurs administrateurs au cours des prochaines années si elles vent survivre et prospérer.

Adam Thome, directeur, Points de vue des membres, à l’Affinity Credit Union, a présenté un portrait de ce changement. M. Thome a indiqué que la génération du millénaire était devenue le groupe le plus populeux en Saskatchewan, comptant pas moins de 50 000 personnes. Par contraste, dans les autres provinces, les boomers demeurent la plus grande cohorte. Les minorités visibles de la Saskatchewan représentent près de 8 % de la population, comparativement à la moyenne nationale de 19 %. M. Thome a annoncé que ce portrait était appelé à changer en profondeur puisque la population saskatchewanaise devrait augmenter de 25 % d’ici 2025 (et passer à environ 1,25 million d’habitants).

Le changement démographique le plus frappant, abondamment traité dans la conférence, est la croissance de la population autochtone. À l’heure actuelle, 25 % des Saskatchewanais de moins de 15 ans sont autochtones ou métis. Or, en 2031, ce groupe culturel, qui a actuellement peu accès aux services, passera à 25 % de la population de la province. Pour les coopératives, la situation est sans équivoque : les ressources humaines et la gouvernance doivent refléter les marchés convoités, et les perspectives de croissance économique résident tant dans les collectivités autochtones que dans les collectivités d’immigrants.

Pour s’ouvrir à la diversité, par ailleurs, il est nécessaire de réduire certaines différences culturelles. Le conférencier principal, Lionel Laroche, a exposé l’état d’esprit des Canadiens en donnant des exemples concrets de situations où les traits culturels appris divisent fréquemment la population et causent des interprétations fautives. Il a présenté des stratégies de communication et de sensibilisation efficaces dans la gestion des attentes mutuelles afin de réduire les frictions avec les clients, les employés, les membres et les administrateurs.

Murray Fulton, titulaire d’une bourse de perfectionnement dans le domaine des coopératives et des politiques publiques au Centre pour l’étude des coopératives et professeur à la Johnson-Shoyama Graduate School of Public Policy, a présenté sa recherche sur les tendances démographiques rurales et autochtones en Saskatchewan et leurs conséquences sur le développement coopératif. Il a suggéré que la meilleure approche pour impliquer les collectivités autochtones de la Saskatchewan était de leur expliquer dans quelle mesure les valeurs et les principes coopératifs rejoignent leurs valeurs traditionnelles. Cette recherche, réalisée en partenariat avec Federated Cooperatives dans les quatre provinces de l’Ouest, s’est étalée sur deux ans.

La conférence Embracing Diversity a permis d’examiner de manière proactive comment on peut composer avec les différences d’âge, de genre, d’origine ethnique et de culture à l’avantage du secteur coopératif. Si chaque province est unique sur le plan de la diversité démographique – et la Saskatchewan est appelée à changer de façon particulière dans les années à venir –, ce type d’examen approfondi de la manière de tirer profit des changements démographiques pour les coopératives est une démarche valable dont peut s’inspirer le mouvement coopératif partout ailleurs.