Lettre de fin d’année de Coopératives et mutuelles Canada

23 décembre 2015

À bâtir l’économie coopérative nationale et mondiale!

CMC est le seul membre canadien de l’Alliance coopérative internationale (ACI), la gardienne des principes et de l’identité coopératifs. Cette année, à la Conférence mondiale des coopératives, CMC a présenté et moussé la candidature de Monique F. Leroux à la présidence. Cette dernière a reçu une majorité de votes et est devenue la première présidente canadienne de l’ACI.

Le plan stratégique de CMC est fortement apparenté au Plan d’action pour une décennie des coopératives de l’ACI, qui a pour objectif que les coopératives deviennent le type d'entreprise qui croîtra le plus rapidement d'ici 2020. Pour atteindre cette cible ambitieuse, le secteur coopératif canadien, par sa participation active à CMC, a entrepris une série d’initiatives qui amélioreront les perspectives des coopératives, nouvelles et existantes, en créant un environnement plus favorable aux entreprises.

Notre « table commune » pour l’économie coopérative au Canada représente tous les types d’entreprises, dont l’habitation, les services à domicile, les soins de santé, la foresterie, l’agriculture, l’assurance, les services financiers et l’énergie, ainsi que les fédérations provinciales. La table commune s’est rencontrée en personne au congrès des coopératives, du 15 au 18 juin à Saskatoon, puis les 25 et 26 novembre à Ottawa. Ces rencontres nous ont permis de finaliser nos trois objectifs stratégiques et de créer de nouvelles occasions pour nos membres.

CMC est activement engagée dans la préparation du Sommet international des coopératives 2016, qui aura lieu à Québec. Troisième sommet depuis 2012, l’événement rassemblera plus de 3 000 coopérateurs de partout dans le monde et nous permettra de mieux comprendre les possibilités que présente l’économie mondialisée pour un secteur traditionnellement enraciné dans les réalités locales. Le Sommet sera l’occasion de partager ce que nous savons et d’apprendre ce que font d’autres coopératives fructueuses.

À assurer la veille et la diffusion du savoir

CMC participe à un groupe de travail qui a passé en revue diverses études sur la démutualisation et les réserves impartageables. Cette recherche terminée, le groupe en est à diffuser ses résultats. CMC dirige aussi un examen de la Loi canadienne sur les coopératives du point de vue des coopératives non financières.

Nous recueillons activement des données à jour sur la taille et le taux de croissance de l’économie coopérative au Canada en portant une attention à sa composition et aux activités économiques de nos membres. Notre objectif est de devenir un partenaire de recherche du gouvernement du Canada afin d’assurer la fiabilité et une utilisation efficace des données sur le secteur. Cette démarche encouragera l’adoption de meilleures politiques. La place accordée à de meilleures données suscitera par ailleurs de nouvelles collaborations de recherche entre des universités et le secteur coopératif.

CMC a publié un rapport intitulé Des coopératives au service de collectivités durables : outils de mesure des retombées et du rendement des coopératives. Ce rapport venait à point et connaît une forte demande dans le monde puisque les coopératives cherchent une façon de faire leur part pour une économie plus durable, notamment dans le contexte des changements climatiques.

À assurer une représentation auprès du gouvernement fédéral

En 2014-2015, CMC a organisé une importante série de caucus multipartites ayant pour but de conscientiser les députés et les sénateurs à l’économie coopérative. Ces réunions offraient une tribune efficace pour exposer aux politiciens l’étendue et la valeur du secteur coopératif de même que pour expliquer le modèle coopératif. On y discutait de tout, des coopératives financières comme des coopératives d’énergie renouvelable, en présence de députés de tous les partis. CMC compte poursuivre ce type d’engagement auprès des députés et des sénateurs du 43e Parlement, nouvellement élu.

CMC travaille avec le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique à mettre au point une stratégie de formation des fonctionnaires de différents ministères ainsi que des employés d’agences de développement régional afin de les conscientiser à l’applicabilité du modèle coopératif. Cette lacune connue quant au niveau de conscientisation des partenaires gouvernementaux limite, dans chaque région, le soutien au développement économique communautaire accordé aux coopératives.

CMC fait aussi des pressions politiques auprès du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique pour qu’il accorde un soutien direct au Fonds canadien d’investissement coopératif (FCIC) de manière à s’assurer que les investissements substantiels de nos membres, et des membres de nos membres, trouvent un rayonnement efficace au Canada à l’avantage de toutes les coopératives et mutuelles.

CMC maintiendra ses pressions politiques pour que le gouvernement s’engage à tirer parti de l’important travail réalisé par le Comité spécial sur les coopératives en 2012 au sujet du rôle et du potentiel des coopératives au Canada.

À créer des occasions d’affaires

CMC a la responsabilité, à travers sa table commune, de promouvoir le principe no 6 du coopératisme – la coopération entre coopératives. Nous cherchons à bâtir des relations intersectorielles susceptibles de déboucher sur différentes collaborations, par exemple entre des coopératives d’habitation qui renouvellent leur prêt hypothécaire et des credit unions, et sur des investissements dans le FCIC.

À promouvoir l’avantage coopératif

CMC travaille diligemment à bâtir l’identité coopérative et sa reconnaissance au Canada. À cette fin, tant les relations publiques que l’éducation offrent une occasion de bâtir notre marque coopérative fondée sur nos valeurs et principes. Nous travaillons avec l’ACI à encourager et à enregistrer les coopératives dans leur utilisation d’une marque commerciale éthique commune qui aidera à gagner la confiance du consommateur et à amener les gens à faire de meilleurs choix économiques.

En organisant et en appuyant la Semaine de la coopération chaque mois d’octobre, nous rallions des coopératives de tous les secteurs et les invitons à faire leur part en faisant connaître leurs avantages coopératifs. Même si les Canadiens voient les coopératives et les mutuelles d’un œil favorable, leur niveau de conscientisation est généralement faible et exige des efforts constants de rehaussement.

Dans cet esprit, CMC s’engage avec des parties prenantes et des gens qui partagent ses vues à promouvoir le modèle coopératif en recueillant et en promouvant les meilleures histoires et les résultats de recherche les plus intéressants au moyen des médias sociaux et traditionnels (gratuits).

Conscientiser le public à ce que les coopératives apportent à la société est un processus qui améliorera la société que nous nous appliquons à créer et qui contribuera aux résultats essentiels de nos membres.

2016 nous ouvre des perspectives encourageantes. Avec un nouveau gouvernement en place qui projette de faire des investissements dans les infrastructures matérielles et sociales alignés sur l’expertise des coopératives, CMC publiera une plateforme politique complète correspondant aux objectifs et au mandat du nouveau gouvernement. CMC lancera également au début de l’an prochain le FCIC, qui a reçu 25 millions de dollars du secteur coopératif et mutualiste. Notre plan de développement coopératif, Feuille de route pour une décennie coopérative au Canada, commencera à porter ses fruits et à nous faire progresser vers notre objectif collectif consistant à créer 30 000 nouveaux emplois directs et à recruter 1 million de nouveaux membres de coopératives.

Que fait CMC?

  • Aider nos membres à bâtir une économie coopérative.
  • Promouvoir le modèle d’affaires coopératif.
  • Utiliser l’identité coopérative collective comme un avantage concurrentiel.
  • Embrasser et promouvoir les principes coopératifs.
  • Créer des occasions d’affaires pour les coopératives.
  • Partager des pratiques exemplaires et faciliter la création d’occasions de collaboration entre chercheurs et éducateurs.
  • Participer à des réseaux de financement social et à des programmes d’investissement majeur.
  • Éduquer le public à l’égard de l’avantage coopératif.
  • Planifier et produire des occasions d’apprentissage.
  • Favoriser la recherche menée avec différentes universités.
  • Créer des partenariats avec des intervenants en développement économique.
  • Réunir des données solides sur l’économie coopérative et ses retombées sur l’économie canadienne.
  • Accéder aux programmes du gouvernement fédéral pour financer des projets coopératifs nationaux.
  • Influencer et conscientiser les fonctionnaires et les politiciens du gouvernement fédéral au sujet du modèle coopératif.